Featured

Sādhus – The Ultimate Journey

Sādhus

The Ultimate Journey

ādhus – Who are they ? Where are they come from ? Discover their path of life through this heart-warming testimony and exclusive portraits gallery.

 

hese men gave up the society to pursue the goal of all lives, according to Hinduism, which is the state of moksha, in other words the liberation from illusion called « māyā », which means, in their culture, stopping the cycle of rebirth and incarnation, dissolution into the Divine and merging with the cosmic consciousness.

 

The root of their name « sādhu » comes from Sanskrit साधु and means « having reached his goal, good man, holy man ». As ascetics, they cut all connections with their family, have nothing to live  for or just a few, dress a Longhi, a tunic, saffron color for the Shaiva, yellow or white for Vaishnava, symbolizing holiness, and sometimes a few necklaces. They have no roof and spend their lives traveling on the roads of India and Nepal, living from donations of devotees.

 

Beyond the spiritual quest, the reasons why they choose to have a sādhu life can be different: to  get rid of their caste, to escape difficult family issues or a calamitous economic situation.

 

In their absolute research, sādhus practice tapas, recitations of mantras, magic rituals, breath control, yoga, sexual abstinence, vow of silence, meditation or mortifications. Many of them ritually consume hashish, as Shiva does, to tear the veil of māyā. Others, however, refuse this consumption that they consider opposed to their ideal. The Shaiva sādhus rub their bodies with white ashes, symbol of death and rebirth. Regarding to Shiva, they wear extremely long hair.

 

The allegiance of sādhus to Shiva or Vishnu is recognized by the traditional drawings they paint on their forehead and by the color of their clothes. Sometimes they compete in the Kumbhamelâ, each one of them claiming to be the first to enter the holy water.

 

This 20 portraits gallery has been taken in Rishikesh, one of the cities well known to be the root of Holy Mother Ganga. It is a tribute to the Ultimate Journey of these men of faith who dedicate their life to awareness through their beliefs.

 

es hommes ont renoncé à la société pour se consacrer à l’objectif de toute vie, selon l’hindouisme, qui est le statut de moksha, la libération de l’illusion appelée « māyā », entre d’autres termes l’arrêt du cycle des renaissances et des incarnations, la dissolution dans le Divin et la fusion avec la conscience cosmique.

 

La racine de leur nom « sādhu » provient du sanskrit साधु et signifie « ayant atteint son but, homme de bien, saint homme ». En tant que renonçants, ils coupent tout lien avec leur famille, ne possèdent rien ou peu de choses, s’habillent d’un longhi, d’une tunique, de couleur safran pour les Shivaïtes, jaune ou blanche pour les Vishnouites, symbolisant la sainteté, et parfois de quelques colliers. Ils n’ont pas de toit et passent leur vie à se déplacer sur les routes de l’Inde et du Népal, vivant grâce aux dons des dévots.

 

Au-delà de la quête spirituelle, les raisons qui les poussent à choisir la vie de sādhu peuvent être différentes : fuir sa caste, échapper à des problèmes familiaux difficiles ou à une situation économique calamiteuse.

 

Dans leur recherche d’absolu, les sādhus pratiquent des tapas, récitations de mantras, rituels magiques, contrôle du souffle, yoga, abstinence sexuelle, vœux de silence, méditation ou mortifications. Un grand nombre d’entre eux consomment rituellement du haschich, comme Shiva, pour déchirer le voile de la māyā. D’autres cependant refusent cette consommation qu’ils jugent opposée à leur idéal. Les sādhus shivaïtes frottent leur corps avec des cendres blanches, symboles de mort et de renaissance. À l’image de Shiva, ils portent leurs cheveux extrêmement longs.

 

L’allégeance des sādhus à Shiva ou à Vishnou se reconnaît par les marques traditionnelles qu’ils peignent sur leur front et par la couleur de leurs vêtements. Il leur arrive de s’affronter lors des Kumbhamelâ, chacun d’entre eux prétendant entrer le premier dans l’eau sainte.

 

Cette série de 20 portraits a été réalisée à Rishikesh, une des villes connues pour être la source de la rivière sainte du Gange. C’est un hommage au parcours ultime de ces hommes de foi qui dédient leur vie à la pleine conscience à travers leurs croyances.

No Comments Yet.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *